Première Journée Européenne pour la Protection des enfants contre l’Exploitation et les Abus Sexuels

« No Grey Areas on the Internet », puissant lobby des organisations de la protection de l’enfance, exige la condamnation de la maltraitance et l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet.

Les représentations de l’exploitation sexuelle des enfants («toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d’un enfant se livrant à des activités sexuellement explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d’un enfant à des fins principalement sexuelles» – dite pornographie juvénile) sont proscrites par la loi dans de nombreux pays à travers le monde. Cependant, l’exploitation sexuelle des enfants ne se manifeste pas seulement à travers des images d’abus.

Dans nos sociétés modernes, les enfants peuvent être sexualisés et traités comme des objets sexuels de nombreuses manières différentes, par exemple sur l’Internet à travers des images montrant des enfants dans des poses érotiques ou suggestives.

Ces images font partie de ce qu’on appelle « Les zones grises », elles ne franchissent pas nécessairement les limites tracées par la loi qui les qualifierait comme images d’abus sexuels sur les enfants ; toutefois ces représentations peuvent relever de l’exploitation.

Elles portent également atteinte à la dignité des enfants, à leur droit à la vie privée et nuisent à leur sentiment de sécurité. Ces images sont largement répandus à travers Internet et sont beaucoup plus faciles à trouver que les images d’abus sexuels sur enfants.

Les organisations dédiées au bien-être et la protection des enfants du monde entier appellent à la condamnation universelle et à la lutte contre les images de la maltraitance et de l’exploitation dans les zones grises d’Internet.

Après une rencontre à Berlin fin Octobre et la diffusion plus large de l’initiative au Forum De la Gouvernance de l’Internet au Brésil en Novembre, plus de 30 organisations de nombreux pays à travers le monde, dont l’association e-Enfance en France, ont finalement signé un communiqué commun, dont voici le lien : http://www.i-kiz.de/NGA2015.