Jeux MGS 5

Test du jeu Metal Gear Solid V: The phantom Pain

L’ESSENTIEL DU JEU

  • Date de sortie : 01 Septembre 2015
  • Editeur : Kojima Production
  • Développeur : Konami
  • Type de jeu : Jeu d’action, infiltration
  • PEGI : icone pegi 18 ans
  • Nombre de joueurs : Solo et multijoueur
  • Plateformes : PS4, Xbox One, PC, PS3 et XBOX360
  • Durée de vie : Au minimum une trentaine d’heures de mission principale et plus de 150 heures missions annexes

RESUMÉ

Metal Gear Solid 5 : The Phantom Pain est le dernier opus de la licence Metal Gear Solid.

Vous incarnez Snake (ou Big Boss), un mercenaire avec lequel vous allez devoir réaliser plusieurs missions.  

Le jeu est divisé en plusieurs types d’opérations :

  • Les opérations principales qui vous feront avancer dans l’histoire
  • Les opérations secondaires qui seront ici pour diversifier l’expérience et vous apporter des ressources

Les opérations sont classées en trois catégories :

  • Extraction de prisonnier
  • Sécuriser des plans
  • Capturer des animaux
  • Elimination d’ennemis

Mode en ligne :

Le mode en ligne présent dans Metal Gear Solid 5 : The Phantom Pain, est un mode de jeu où le joueur aura la possibilité de jouer avec des joueurs du monde entier. Le mode de jeu se présente sous la forme de deux équipes de huit joueurs chacune. Chaque partie est divisée en plusieurs rounds à la durée limitée. Chaque personnage remporte des points en fonction de ses performances (nombre de personnes tuées, de neutralisation, de morts, tirs à la tête, etc) et un classement.

L'AVIS DE NOS TESTEURS

testeurs-jeux-videos-infos-parents

        Un mode histoire avec un scénario un peu complexe pour un jeune enfant. Le jeu ne contient pas de mode de difficulté, ce qui peut rendre le jeu assez difficile. De plus, il contient de la violence extrême : langage grossier, violence envers les personnes sans défense, multiples meurtres, contenu à caractère sexuel.

        Durant le mode en ligne, les joueurs peuvent communiquer entre eux via le chat vocal ou textuel, il n’y a donc pas de limite à ce qui peut être dit.